Diane GRIMONET intervient régulièrement dans les milieux scolaires ou associatif, avec comme support son travail photographique Cela fait partie de son travail de photographe social durant ces 20 dernières années. Le but étant d’utiliser la photo comme vecteur de prise de conscience des problèmes sociaux.
Diane GRIMONET organise également, à travers des associations ou d’autres structures, des ateliers photo pour les personnes en difficulté.
Photographe humaniste, elle a travaillé avec une association dans le cadre d'un projet européen à la réalisation d'une exposition, avec des hommes et des femmes prostitués, qui ont choisi la photo comme expression artistique . En cela, la photographie est apparue comme un vecteur adéquat, complémentaire, voire illustratif de leurs histoires et trajectoires de vie. En tant que medium, la photo permet aux personnes, à travers le choix de thématiques, de faire ressortir leur propre vécu, leurs envies. Le parcours personnel de chacun est très important lors de la prise de vue. Chaque personne est libre de retranscrire ses images et l’histoire qui en découle. En fait l’idée de création personnelle, propre à chacun, permet une certaine affirmation de soi. De même les échanges et interactions avec le groupe favorisent la communication, la personne peut se réintégrer dans du lien social ; son expression est favorisée et elle reste actrice de sa démarche. Après ce premier apprentissage, les participants ont appris à construire un vrai sujet de reportage (prise de contact, déplacements pour rencontrer les personnes susceptibles de les aider, RDV, et réalisation). Ils ont appris à noter les informations sur chaque prise de vue, ont été confrontés à la réalité des difficultés pour obtenir les autorisations. Il a fallu surmonter l’appréhension pour aller au contact, commencer les prises de vue, réaliser les photos, puis attendre avec impatience de découvrir les résultats la semaine suivante. Les sujets ont été entièrement réalisés par les participants. Ils savent tous aujourd’hui effectuer une prise de vue sans difficulté et être autonome avec un appareil photo.
L’atelier photo a aussi été un lieu d’échanges, de fous rires, de plaisirs et de pleurs, partagés.
Ce travail a demandé du temps et de l’investissement personnel, deux expositions ont été réalisées:
 
«Balades parisiennes», qui présentait le regard de chacun sur la ville de Paris, 
« Portrait en noir et blanc en studio »
Des portraits en noir et blanc, rapport à l'image, reflet de soi, passage devant l'objectif, tout n'allait pas de soi !et pourtant l'implication des photographes lors de ces séances fut importante. On a pu ainsi découvrir l'aisance face à cet objet que représente l'appareil photographique.

Le quotidien Libération et le Magazine Regards ont publié le travail photographique des élèves photographes.

Diane GRIMONET tient à remercier ses élèves photographes, car si elle leur a transmis ses connaissances, ils lui ont également beaucoup donné. Elle n’oubliera pas ces moments intenses partagés.

Si vous désirez réaliser un atelier photo, merci de me contacter sur le mail : diane.grimonet@gmail.com



 
         Publication dans Liberation les participantes ( e) de l' atelier photo.


 Publication dans Regard des participantes de l'atelier photo.












 

Top