Femme en errance dans Paris.
Un concentré de misère au quotidien pour ces femmes seules dans la vie et dans la ville. L’épuisement commun à toutes les femmes en errance cache des journées diverses : travail au noir en restauration pour des salaires de misère, multiplication des démarches administratives et sociales, recherche d’un travail ou d’un toit, manche... même la pure attente, afin de voir passer la journée jusqu’au prochain asile nocturne, épuise et défait les courages.

Toutes les photos disponibles ne sont pas présentées sur cette page, merci de me contacter pour une demande spécifique,
contact : diane.grimonet@gmail.com
Cadrage définitif (photo non recadrée).


France, Paris - 2010. Photo argentique 



France, Paris, 2010 . Mimi, française de 63 ans, Maison-Blanche, un petit dejeuner avant de partir errer dans Paris jusqu’au soir. Photo argentique. 


  France, Paris , 2010. Christelle, une trentaine d’années, ne parle pas beaucoup d’elle, Elle vient du Nord de la France. Photo argentique.


  France, Paris , 2010. Christelle, une trentaine d’années, ne parle pas beaucoup d’elle, Elle vient du Nord de la France. Photo argentique.


France, Paris, 2010. Suzy, 30 ans, a quitté le sud où son entreprise a fait faillite et où elle ne réussissait plus à survivre, entre petits boulots et un état de santé précaire. C’est la guerre des caddies gare de Lyon. Les femmes à la rue ont souvent leur maison sur elle et c’est lourd… Photo argentique. 


France, Paris, 2010. Suzy, 30 ans, a quitté le sud où son entreprise a fait faillite et où elle ne réussissait plus à survivre, entre petits boulots et un état de santé précaire. Gare de lyon. Photo argentique.


France, Paris, 2010. Suzy, 30 ans, a quitté le sud où son entreprise a fait faillite et où elle ne réussissait plus à survivre, entre petits boulots et un état de santé précaire. Gare de lyon. Photo argentique.


Paris , France, 2010. Fêtes antillaise à Maison-Blanche. Malgrés la galère, elles ont aussi des moments de joie ! Photo argentique 
Top